Juste un peu de décence

« 2016-11-05 – Université de l’engagement au Mans François de Rugy »by Parti socialiste is licensed under CC BY-NC-ND 2.0

On nous avait promis de l’exemplarité, nous avons eu… beaucoup de choses mais pas ça en tout cas.

Ainsi l’amateur de bonne chère ci-dessus qui fut écologiste (enfin qui se disait) a été en partie blanchi par ses pairs. Tout à fait normal de dépenser des fortunes en vins et homard, c’est pour le boulot.

Un pays se doit d’avoir une certaine façade, d’autant plus quand il s’agit du pays symbôle du luxe (où un patron de cette spécialité est en passe d’être l’humain le plus riche). Que l’on reçoive avec faste des personnalités étrangères est normal.

Mais dans des repas de travail (notion dont je crois ne pas avoir la même perception que ces gens là) !

Partout le populisme monte, le fascisme montre même son nez sans plus de honte et là nous avons des gens qui alimentent le « tous pourris » !

J’aime beaucoup De Gaulle (même si je suis loin d’être d’accord avec toutes les idées qu’il avait). L’histoire est connue, il avait fait installé un compteur électrique sur ses appartements pour payer ce qu’il consommait pour son usage privé. De même il arrivait que son épouse ramène de la volaille de leur maison de la Boisserie. Pourtant lorsque les circonstances l’exigeaient il n’hésitait à mettre en oeuvre le faste de la République.

PARIS, FRANCE – 01 JUIN: Yvonne de Gaulle, le président américain John Fitzgerald Kennedy, le président de la république Charles de Gaulle et Jacqueline Kennedy lors du dîner de gala au palais de l’Elysée (lors de la visite officielle des Kennedy en France) à Paris, France, le 1er juin 1961.

Mais il était des Hommes qui « se faisaient une certaine idée de la France » (c’est ainsi que commencent ses mémoire de guerre).

Il est maintenant des gens qui se font une idée certaine de ce que la France peut faire pour eux.

L’image ci-dessus me rappelle une phrase du discours d’investiture de J.F. Kennedy (  Et donc vous, mes compatriotes américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays… ) Il faudrait, je pense, que cette phrase, adaptée à notre pays, soit présente dans chaque bureau d’élu, de ministres à l’Assemblée Nationale, au Sénat…

En bref il faut des serviteurs de l’Etat et non des gens qui se servent de l’Etat.

Continuer la lecture

Encore moins de raisons de soutenir les gilets jaunes

Dans une billet repris de facebook du 22/12 je disais pourquoi je ne soutiens pas les gilets jaunes (voir : Reprise facebook de 22/12/2018 : Pourquoi je ne soutiens pas les gilets jaunes ), il semble que l’actualité m’apporte encore plus de raisons pour cela.

Selon BFM TV (je sais, BFMTV 😉 ) les réponses à la consultation en ligne lancée par CESE sur 9000 contributions et 260 869 votes arrive en tête avec 5987 vote la proposition d’abrogation de la loi Taubira.

Je pensais bien que ces protestataires étaient plutôt de la catégorie Poujadistes, très à droite. L’âge, les catégories  socio-professionnelles de bon nombre d’entre-eux les positionnaient plus à droite, voire à l’extrême droite. Bien sur il ne faut pas généraliser et un nombre substantiel sont plutôt très à gauche (Insoumis notamment) et d’autres y voient simplement un écho à leur révolte face aux évolutions de la société.

Bref en bonne partie une assemblée de circonstances et non de sentiment politique profond pour une société plus juste. Une union de moi et pas un nous.

Quand je regarde un peu plus les autres revendications il me semble depuis toujours y voir de très nombreuses incohérences. Par exemple moins de taxes mais plus de services publics.

Quelle tristesse que la gauche non extrême n’existe plus qu’au travers de lamentable Mélenchon ! Le Parti Socialiste a fait son temps et s’est, à mon avis, totalement discrédité pour son soutien à une politique libérale. Je regrette que Benoit Hamon n’est pas la carrure pour refonder une gauche sociale, ouverte… Que reste-t-il comme espoir ? Franchement je n’en vois pas beaucoup. Mes craintes sont que à notre tour nous ne basculions dans les ténèbres de l’extrême droite.

J’en veux énormément à cette Europe qui aurait pu être une chose formidable, un lien, une puissance mondiale et qui s’est résumée en un déni de la démocratie, une machine à promouvoir le libéralisme économique et l’instrument d’un pays : l’Allemagne.

Peut-être est-il de notre nature de sombrer au plus profond pour rebondir ensuite, j’espère me tromper.

 

 

Continuer la lecture

Films et séries SF : Pourquoi toujours des portes à la con ?

© 2017 CBS Interactive. All Rights Reserved.

Pourquoi faut-il que les portes dans les films ou les séries soient toujours avec des formes à la noix ? J’ai prix ci-dessus un exemple « gentil » dans Star Trek Discovery où il y a juste une déformation mais je suis en train de me faire une intégrale de Babylon 5 (série géniale) et les portes c’est du n’importe quoi. J’ai même vu des personnages de grande taille devoir se tordre pour passer. En plus elles sont toujours (ou presque) automatiques ! Même les toilettes souvent ! Et je ne parle pas de celles qui rentrent dans le mur du côté de l’espace (que l’on voit par un hublot), ((pas dans Babylon 5)).

Je pense que c’est pour faire moderne ou alors pour qu’elles soient fermées en cas de décompression mais alors une forme à la noix est nuisible trop de joints et moins de résistance.

 

 

Continuer la lecture

Liberté, Egalité, Fraternité

Je ne suis pas nationaliste, bien au contraire, mon utopie est plutôt universaliste mais j’adore la devise de notre République. 

Elle n’est devenue devise officielle qu’en 1848 même si les trois termes ont été inscrits sur les monuments de la commune de Paris en 1793 mais accompagné de mots supplémentaires :

Devise mentionnée aussi dans un discours de Robespierre en 1790. Mais pour plus d’informations historiques il y a wikipedia 🙂 

Peut-être est-ce naïf mais je pense sincèrement que si tous les jours nous appliquions cette devise le monde serait sans doute plus agréable et vivable pour toutes et tous.  En effet d’entrée toute xphobie, toute discrimination est bannie par ces termes. Je pense même que il y a une limitation des abus qui peuvent être faits du premier précepte : Liberté. La liberté il est facile d’en abuser mais elle vient se modérer par l’Egalité et la Fraternité.

L’Egalité je la prends au sens d’équivalence, littéralement de même valeur. En effet être totalement égaux nous rendrai identiques hors nous sommes variété et devons pouvoir le rester.

La Fraternité risque par son côté masculin (même si le mot est féminin 😉 ) d’irriter certaines ou certains. Pour moi, sa majuscule fait fi du genre. Comme je le fais pour presque tout dans ma vie.

Si seulement nous avions un hymne au niveau de notre devise. Qu’elle est obsolète cette Marseille par bien de ses aspects…

Continuer la lecture

Politique

Mes bases

Je suis tombé dans le chaudron des convictions politiques très jeune. Mes parents étaient de farouches militants socialistes, mon grand-père paternel et mes oncles aussi. C’était un socialiste résolument à gauche, d’une “vraie” gauche mais non communiste. Rapidement j’ai acquis une réflexion personnelle et non plus héréditaire :). Je n’ai pas vraiment changé d’opinion depuis cette, lointaine, époque, sur les partis si par contre. 

Il faut noter que pour nous ( mes parents et moi), De Gaulle était un grand homme, nous avions beaucoup de respect pour celui qui avait dit non, qui avait résisté. Cependant sa politique de droite en faisait un adversaire même si un bon nombre de ses actions notamment internationales nous plaisaient. Plus tard j’appris à encore plus apprécier le grand Charles comme l’appelait mon père, mais c’est une autre histoire.

En effet j’étais socialiste, encarté dès que possible. J’étais d’un immense enthousiasme lors de la victoire de Mitterrand (qui n’as jamais figuré parmi ceux que j’aimais) puis immédiatement après de l’union de la gauche. En 1981, j’avais 23 ans, et plein d’espoirs. Hélas,  rapidement, (deux ans après) la résignation à l’austérité fut une immense déception. Je suis resté dans le parti un bon nombre d’années supplémentaires pourtant. J’ai eu des sursauts d’espoir notamment avec Rocard mais vite retombés. 

Je suis d’une lignée de rebelles, de résistants, un de mes modèles est mon grand-père maternel qui eu un rôle très actif pendant la seconde guerre mondiale, dans le réseau résistance fer, un autre ? Clémenceau. C’est cet esprit d’indépendance, cette obsession de n’accepter que ce que l’on a analysé, compris, accepté qui a, par exemple, été le moteur de ma conversion d’un chrétien fervent à un athée absolu. Disons que les couleuvres ne figurent pas à mon menu. Comment alors accepter qu’un rejet de Maastricht revienne par la fenêtre sous forme d’un traité de Lisbonne ? Comment ne pas ruer dans les brancards quand son parti plie le genou devant les “équilibres budgétaires” et autres imposés par la commission de Bruxelles ? 

J’ai eu soixante ans cette année, un âge où l’on commence à regarder pas mal en arrière, moi je veux continuer à regarder aussi en avant. Alors je jette au flux des électrons cette page et celles qui vont suivre pour exposer ma pensée politique, comment moi, citoyen lambda, je vois le monde, mes colères pour aujourd’hui et mes rêves pour demain.

La liberté guidant le peuple (E. Delacroix)
Continuer la lecture
Fermer le menu