Et si… Une partie de la solution du problème écologique résidait simplement dans la cohérence ?

On n’arrête pas d’entendre hurler que ces jours ci nous vivons à crédit sur la planète. Et c’est vrai nous allons dans le mur. Le changement climatique est incontestable, les océans sont des poubelles…

D’un autre côté, on passe des traités visant à faire se déplacer de la nourriture qui pourrait être produite localement. On parle sans cesse de taxis volants. On fait la pub d’un gugusse qui a pondu un truc volant qui consomme 90 litres de kerosene pour traverser les 40 km de mer de la France à la Grande-Bretagne. Je vois une nouvelle fois ce matin qu’un pays d’Asie nous renvoie des déchets ( https://www.franceinter.fr/environnement/les-pays-poubelles-reexpedient-les-dechets-a-l-envoyeur-dont-la-france )…

Indonesian officers check a container full with illegal imported plastics waste in Batam on July 29
, 2019. Indonesia has returned seven shipping containers of illegally imported waste to France and Hong Kong, an official. / AFP / SEI RATIFA

Et si on était juste cohérents ? Si on arretait de dire une chose et de faire son contraire ?

Ce n’est pas compliqué, prenons quelques exemples :

  • Nous disposons de moyens de communication très performants et un déplacement est très polluants. Taxons les déplacements professionnels ne nécessitant pas un interventions physiques (réunions essentiellement).
  • Nous produisons des déchets ? Réduisons leur volume en interdisant tout emballage non intégralement recyclable ou au minimum à 90% du poids ou du volume.
  • Investissons dans des services publics de traitement local des déchets avec un recyclage maximum. (Services Publics car bénéfices interdits, s’ils existent ils sont intégralement réinvesti dans la filière écologique).
  • Interdisons le déplacement d’aliments pouvant être produits localement sur plus de 200km.
  • Toute énergie fossible doit être taxée en fonction de sa pollution globale ou strictement compensée.
  • Interdisons la revente de « droits à polluer » (quotas carbone, taxe carbone…)

Il y a des dizaines d’exemples du même genre qui peuvent être trouvés.

Et aussi si on y réfléchit bien en fait une des causes majeures réside dans certains principes du libéralisme économique comme la libre circulation des marchandises. L’aspect du bien commun est complétement mis de côté au profit de l’enrichissement (au final toujours personnel d’une infime minorité).

Mais bon dans un pays où un ministre de l’environnement mangeur de homards est remplacé par la ministre des transports…

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :